L’acquisition de la propreté

Elle fait partie intégrante de l’autonomie motrice, et fait l’objet d’une attention particulière des professionnels. Car elle peut induire moults conflits dans la dynamique interactive parents-enfants, et générer des avatars symptomatiques invalidants et durables pour l’enfant.

  • Quand ?

= Entre 20 et 30 mois, si l’on s’attache à respecter le développement purement physiologique de l’enfant. Parfois plus tard en cas de retard de maturation

= Moment où le niveau de maturation physiologique des cellules nerveuses impliquées dans cet apprentissage est le bon. A savoir, l’achèvement de la myélinisation des fibres nerveuses qui permettra de passer d’un contrôle purement réflexe des sphincters à un contrôle cortical volontaire (le contrôle par l’enfant de ses sphincters, à partir de ses sensations)

  • Comment reconnaître le bon moment ?

2 critères d’appréciation externe de l’achèvement de la maturation corporelle, signant la certitude d’un contrôle par le cortex de la partie inférieure du squelette (selon Dolto et repris par d’autres depuis)

= Enfant doit être capable de tenir accroupi en équilibre sur ses 2 jambes sans tomber

= doit être capable de monter et descendre les 3 marches d’un escabeau

  • Comment accompagner ce développement moteur ?

Les jeux moteurs partagés ont une grande importance, car ils favorisent l’apprentissage du contrôle de la motricité volontaire dans le plaisir, en lieu et place de la contrainte qui caractérise habituellement l’apprentissage de la propreté sphinctérienne.

On peut ainsi dans un 1er temps valoriser par le jeu toute la motricité manuelle et corporelle de l’enfant, qu’il ressente la joie de manipuler, lancer, bouger. (ex ; jeter à répétition une petite balle plastique dans tous les coins de la pièce)

Puis ds un 2ème temps favoriser l’apprentissage du contrôle de son corps par des jeux où le plaisir de l’échange et du partage rentrent en compte : tout jeu à deux supposant des règles, par ex s’échanger une balle, l’enfant parviendra peu à peu à contrôler ses gestes et les parties de son corps impliquées dans le mouvement du jeter, ici.

Peu à peu, l’enfant associe ainsi le plaisir lié à l’échange ludique et la perception d’une adresse et d’un contrôle croissant de sa gestuelle corporelle. Il pourra ensuite d’autant plus simplement et plaisamment transférer cette habitude de maitrise de son corps sur la fonction sphinctérienne.

  • Quelles conséquences si l’acquisition est proposée/ imposée, trop tôt ?

« Plus un enfant a été propre tôt, plus il grandit mal à l’aise, plus il a de difficultés pour son épanouissement ultérieur » (Winicott, 1957)